A COEUR OUVERT – Faire le Garçon

Catégories A Coeur Ouvert

Vous allez vous dire certainement que je reviens un peu, voir totalement comme une fleur après ces cinq mois d’absences sur le blog, c’est en effet le cas et je m’en excuse. Mais quoi de mieux qu’un article dans la rubrique « A Coeur Ouvert » pour revenir, vous qui appréciez énormément celle-ci. J’ai beaucoup réfléchis sur le sujet que j’allais aborder, j’en suis venu à la conclusion de parler de mon évolution, ma prise de confiance en moi et le fait d’avoir affirmé mon style vestimentaire depuis que je suis à Paris.

Comme j’ai dû l’évoquer ou pas forcément, je suis né dans une petite ville du Sud-Ouest de la France, nommée Mont-De-Marsan. Une ville où dès que l’on sort du moule et qu’on est un tant soi peu différent, on vous regarde de travers ou avec mépris, voir les deux possibilités à la fois. Je m’en suis rendu compte vraiment à l’adolescence, l’âge, ingrat et cruel, et pour éviter tout problème, j’ai donc suivi durant toutes mes années là-bas le protocole vestimentaire :

C’est-à-dire, paire de jean, converse, eastpak, t-shirt, durant toutes mes années au collège se fût ainsi. Même si ce n’était pas la personne, vous étiez ou si vous n’aimiez pas forcément cela, vous deviez vous en tenir à ce code vestimentaire pour être intégré dans des groupes d’amis et ne pas vous faire charrier, et si vous osiez être plus atypique, c’était des moqueries à coup sûr, donc vous vous forcez à aimer, et finalement comme une démarche de propagande, on finit par aimer et s’y habituer sans broncher, alors qu’au fond de nous on sait pertinemment que ce n’est pas le cas. 

Ce n’est qu’en arrivant au lycée, et sur Bordeaux que j’ai commencé à avoir une vision nouvelle des choses. Le fait d’être dans un lycée des métiers d’arts m’a entre autre permis de me redécouvrir, de découvrir ce que j’aimais à présent, mais surtout d’expérimenter. Ces trois années de lycée, m’ont fait plonger dans cet univers magnifique qu’est la mode, j’ai passé tout mon temps libre à visionner tous les défilés possible et inimaginable. J’ai eut la chance d’assister à des cours intéressants au possible sur l’histoire du costume en France, de la période de la pré-histoire, en passant par le Moyen-âge jusqu’à aujourd’hui. Ce qui m’a permis d’enrichir ma culture mode au maximum, mais je suis tout de même resté assez sage à cette époque-là, d’un point de vue vestimentaire, il fallait du temps pour me déformater de tout les diktats que j’avais subi durant les années passées. 

Ce n’est qu’en arrivant à Paris il y a trois ans, que mon champ de vision s’est fortement étendu et que mes options se sont multipliées par la même occasion. Dans la capitale de mode, tout est permis, tu peux enfin être toi-même, c’est ce qui m’est arrivé. Ma première année ici, j’ai beaucoup observé, essayé, testé, ce fut l’année où je me suis libéré, émancipé, lentement. J’ai pu assister à des défilés de la Fashion Week Parisienne, j’ai pu m’imprégner, m’enivrer de cette ambiance, ce monde, une vraie bouffée d’air frais, moi qui venais d’Aquitaine. Je me suis aussi beaucoup inspiré de ce que j’ai pu voir sur les catwalk, afin de trouver mon propre style en expérimentant. 

La deuxième année, je savais ce que je faisais et savais vers quoi m’orienter, mais en revanche, j’étais partagé entre avoir un côté plus Street, contre arborer un style plus chic, j’alternais donc. J’ai finalement compris que je n’appréciais pas me cantonner à un seul et même style vestimentaire, je voulais m’amuser, mixer, ne pas avoir de contrainte et surtout n’écouter que mon propre avis. 

La troisième année, qui se trouve être celle où je vous parle actuellement, mon opinion à grandement changé et ma façon de me vêtir également. Le moi, qui auparavant était effrayé par le fait d’être différent des autres et de prendre des risques a totalement disparu, remplacé par un moi, qui affirme la personne qu’il est, accepte et montre aux yeux de tous sa part de féminité, car, que nous le voulons ou non, nous en possédons tous une, maintenant à vous de voir si vous êtes oui non capable de l’assumer. J’en suis venu à un tournant de ma vie, où je me sens libre de faire qu’il me plaît, et cela, qu’importe le regard des autres. Pour être honnête, tout ce que j’achète depuis ces derniers mois, provient des collections femmes. Pourquoi ? Car cela me correspond beaucoup plus, les coupes sont parfaites, les matières sont plus nobles, les collections sont pointues et s’inspirent des grandes maisons. Est-ce que j’ai peur que l’on me juge ? Non, plus maintenant, je suis entouré de personnes que j’aime et qui m’aiment en retour et me confortent dans mes décisions au quotidien, même si je reste l’ultime décisionnaire de mes actes. 

J’ai remarqué qu’à notre époque, celle dans laquelle on vit, a été au fil des années beaucoup trop normé et stéréotypé sur la façon d’être un homme. Et ceci n’est, en aucun cas, normal, soyez vous-même et n’écoutez que votre cœur. Personne ne doit vous dicter comment vous devez être ou agir, ou bien vous corriger, car vous n’êtes pas assez masculin, c’est faux. Vous pouvez porter du maquillage, des vêtements de femme, regarder des séries à l’eau de rose, et même pleurer, cela n’enlèvera en aucun cas le fait que vous soyez un homme. C’est tout simplement la société d’aujourd’hui qui nous enferment dans une montagne de clichés et de codes qui nous font penser que si on ne fait pas telle ou telle chose, nous sommes pas un « vrai homme ». Alors que si on reprend justement l’histoire, les personnes qui se trouvaient être les plus masculines à l’époque de la Royauté par exemple, se trouvent être les hommes qui portaient du maquillage, ainsi que des perruques, des chemises à volant et des bijoux par abondances. Si l’on prend également l’Egypte antique, nous en revenons à la même conclusion. Ou plus récemment prenons les tenues des hommes des années 70, si l’on porte cela à notre époque ou nous cataloguerait comme quelqu’un de plutôt féminin, alors que tous les hommes étaient vêtus ainsi.

Heureusement, aujourd’hui, il y a des Maisons de Coutures actuelles telles que Gucci avec Alessandro Michele à la tête de la direction artistique, qui remettent au goût du jour justement ces différentes époques afin de briser les codes de masculinités créés à notre ère, tout comme la maison Paloma Spain qui va encore plus fort que Gucci, et qui elle va dépasser cette barrière, la briser, en utilisant pour leurs collections, des coupes et des matières qui habituellement sont réservées aux femmes. Je pense qu’il faudrait de plus en plus de maisons qui franchisse ce cap, pour que tous ceux qui n’osent justement pas s’affirmer par peur d’être jugé ou insulté le fasse sans crainte.

J’ai d’ailleurs lu un livre incroyable de Jérôme Meizoz se nommant « Faire le garçon » et je voulais conclure cet article avec un de ces passages qui reflètent totalement ma pensée et qui vous parlera certainement à vous aussi :

Stage – Session 2 : L’identité
  1. Clarifier votre identité d’homme. Acceptez qu’il y ait plusieurs façons d’être un homme. Un mécanicien aux mains noires de graisse est un vrai homme. Un poète passionné de Verlaine et un styliste passionné de tissus sont eux aussi de vrais hommes.
  2. Reconnaissez vos erreurs, sachez présenter vos excuses. L’erreur est humaine. Les hommes sûrs d’eux sont capables d’avouer leurs faiblesses et leurs manques.
  3. Pensez à vos façons d’agir. Un jeu de convention dicte le comportement des vrais hommes : – Vous a-t-on appris, dans votre enfance, à rejeter les homosexuels ? Ce qui rend homosexuel, ce n’est pas nos goûts vestimentaires, l’amour des fleurs ou le fait de parler de ses émotions. Revendiquer son homophobie prouve la fragilité de son identité d’homme pas son courage.


18 commentaires sur “A COEUR OUVERT – Faire le Garçon

  1. Ces photos sont d’une beauté sans nom et ton article est tout simplement magnifique! Je te suis depuis quelques années déjà et j’adore ton évolution. Tu as un style bien à toi que j’adore! Tu es toi et c’est ça qui est génial!

    1. Merci énormément Sara, ça me fait plaisir que tu sois toujours là, et cela maintenant depuis un petit moment. Je suis content que tu aimes mon évolution, je t’embrasse !

  2. Des photos à tomber de beauté ❤️
    J’adore ton évolution…je me reconnais souvent dans ce que tu dis…ça me touche beaucoup.
    Un immense Bravo pour ce nouvel article. J’aime trop quand tu es à cœur ouvert avec nous.

    1. Merci beaucoup Steph ! Je suis content que ça te plaise et que tu sois toujours là à me suivre au quotidien en me soutenant dans ce que je fais. Ca me fait plaisir que mes textes te touchent et que tu te reconnaisses également dedans. Je t’embrasse !

  3. Je te suis sur insta depuis un petit moment mais ton blog je l’ai decouvert hier.magnifique post à nouveau,j’aime ta plume et je prends énormément de plaisir à te lire. J espère que tu vas continuer de partager avec nous ces differents pans de ta personnalité.

    1. Je suis content que tu apprécies aussi bien le contenu sur le blog que sur les autres réseaux. Merci énormément également d’avoir pris la peine et le temps de m’écrire ce commentaire, ça me fait plaisir ! J’espère que mes autres articles te parleront également.

  4. Je ne te suis pas depuis très longtemps mais je suis tombée amoureuse de ton style vestimentaire. Il te va si bien, vraiment !
    J’aime beaucoup ton style d’écriture également, j’ai hâte de te lire à nouveau.
    (D’où vient se sublime pantalon s’il te plais 🙏🏼)

    1. Hello Lola ! Merci c’est très gentil de ta part, je suis ravi que mon style vestimentaire te plaise en tout cas, j’espère que tu aimeras mes prochains articles également !
      Le pantalon vient d’Urban Outfitters, j’ai rajouté des liens photos, tout en bas de l’article après les photos pour rediriger dessus.

  5. Hey !
    Je te suis depuis environ 2 ans et j’aime beaucoup ce que tu fais 🙂
    En revanche, je suis plutôt dubitatif quand on fait qu’un homme porte des vêtements femmes. Mon raisonnement est sûrement formaté par la société, mais j’ai du mal avec l’idée…
    Exemple bête : les femmes portent des brassières car elles ont de la poitrine. Les mecs n’en n’ont pas, et n’ont pas d’utilité à en porter (selon moi).
    Ps : j’espère que tu vas pas mal prendre mon commentaire. Je pense pas détenir la vérité d’ailleurs 😉

    1. Hello CC,

      Merci pour ton commentaire, je suis content de savoir que tu continue de me suivre et ce depuis deux ans ! Cela dépend vraiment je pense de commenter la personne le porte, car il y a beaucoup de vêtements qui sont chez la femme qui peuvent totalement être porté par l’homme, c’est vraiment une question d’attitude je pense.

      Après tu m’aurais dit un soutien-gorge pour soutenir une poitrine oui, mais une brassière n’est pas simplement pour supporter une poitrine car beaucoup de femmes en porte sans avoir de poitrine, c’est une question de style.

      Je n’ai en tout cas pas prit mal ton commentaire loin de là 🙂

  6. Tellement fan de cet article, je comprends tellement cet emprisonnement et cette non capacité à s’en defaire. Vivre à Paris m’aide aussi à pouvoir m’exprimer même si, lorsque je sors de chez moi en banlieue, je sens les regards qui jugent et qui méprisent.
    Tu peux être tellement fier de toi !

    1. Merci James c’est adorable, ça me fait plaisir si cet article te parle. C’est vrai que j’habite aussi en dehors de Paris et rien que pour faire mon appartement jusqu’à la station de métro, je sens parfois des regards qui ne sont pas toujours bienveillants. Mais c’est ainsi, on finit par passer outre cela. Mais heureusement qu’une fois à Paris on se sent beaucoup plus libre.

      Encore merci pour ce mignon commentaire.

      Je t’embrasse !

  7. 8plX6i You made some really good points there. I checked on the net for additional information about the issue and found most people will go along with your views on this website.

  8. Cet article résonne beaucoup avec mon expérience personnelle. Plus jeune je ne m’intéressais pas à la mode, je suivais donc les codes imposés par la société. Au lycée j’ai commencé à aimer les vêtements et à expérimenter. J’ai continué à me chercher une fois à la fac mais sans grande connaissance du milieu de la mode c’était parfois folklorique haha
    Aujourd’hui j’assume parfaitement mon androgynie et j’en joue énormément. J’achète la plupart de mes vêtements au rayon femme tout comme toi et voir les gens troublés par mon apparence m’amuse beaucoup ; bien que ce ne soit pas facile tous les jours d’avoir un millier de regards posés sur soi constamment…

Répondre à James Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *